Témoignage de DANIEL G

Quand le verdict tombe (j’ai 64 ans), adénocarcinome prostatique, score de Gleason 5, et même si j’avais essayé de m’y préparer, l’annonce du cancer m’abasourdit, je suis du mauvais coté des statistiques, il va falloir se battre.

L’urologue, qui me suit depuis 4 ans, me préconise après m’avoir informé d’ autres possibilités, l’opération assistée par robotique, matériel acquis depuis 2 ans environ par l’établissement où il exerce, en en vantant la supériorité aux autres solutions.

Etant donné le caractère indolent de mon cancer, j’opte pour la surveillance active afin de prendre le temps de la réflexion. Après être allé consulter au CHU d’ Angers où la Photothérapie dynamique est en cours d’évaluation, à l’institution mutualiste Montsouris à Paris où on me propose la curiethérapie ou la radiothérapie externe conformationnelle, au CHU de Clermont-Ferrand qui m’oriente vers l’opération par cœlioscopie sans assistance robotique, et m’être renseigné sur d’autres thérapies, j’ai du mal à faire la part des choses.

Une deuxième série de biopsies un an après, révèle la progression de la maladie, (score de Gleason qui a progressé de 5 à 6), il me faut prendre une décision.

Du fait de mon âge (65 ans), et de mon bon état de santé par ailleurs, donc une bonne espérance de vie, la prostatectomie radicale m’apparait être la solution pour “ éradiquer “ ce cancer. Mais les conséquences collatérales me font encore hésiter, qui plus est deux techniques sont possibles : l’opération par cœlioscopie (1), et celle à ciel ouvert ou prostatectomie incisionnelle, qui est celle de référence. Que faire ?

(1) Suite à toutes les recherches que j’ai pu faire, il m’apparait que l’ablation par cœlioscopie (pour ce qui est de la prostate) ne semble pas la meilleure façon de pratiquer cette opération très délicate si on veut mettre toutes les chances de son coté (éradication de la maladie, sexualité, incontinence), et que l’assistance robotique n’apporte qu’un confort au chirurgien (ce qui m’a été dit par 5 urologues). A mon avis, Le robot Da VINCI procure surtout des royalties à la société Intuitive Surgical qui inonde le publique et le milieu médical de publicité. Quand un centre hospitalier ou une clinique l’ont acquis il faut bien évidemment l’amortir, en passant sous silence la comparaison des résultats jusqu’à présent obtenus entre les différentes techniques.

Puis, sur un forum concernant cette maladie, j’apprends qu’un chirurgien de la clinique Jules VERNE, à NANTES, obtient d’excellents résultats, il est même conseillé par certains de ses collègues ! Aussitôt RV est pris.

L’accueil bienveillant du Dr BARRE, sa capacité d’écoute, l’humanisme dont il fait preuve en plaçant le patient au centre du problème, avec ses angoisses concernant une possible récidive et sur les conséquences potentielles d’une telle intervention, facilite les échanges. Les explications sur la technique qu’il a mise au point, notamment pour la conservation des nerfs érecteurs, et les résultats obtenus tant sur la l’incontinence que sur la sexualité (2) (à 65 ans je me considère encore jeune), sur un nombre important de patients m’ont convaincu que ce sera à lui que je me confierai.

(1) Le Dr BARRE est le seul à m’avoir donné des résultats chiffrés, résultats diffusés dans la littérature spécialisée.

Opération le 11 septembre 2013, est-ce un bon jour qu’un 11 septembre ?

Résultat :

La pièce opératoire révèle un score de Gleason de 7, (c’était le moment d’intervenir avant une extension extra capsulaire de la maladie), elle ne présente pas de Marge Chirurgicale Positive (il n’y a plus de cancer), la suture de la vessie à l’urètre est bien faite, les nerfs érecteurs sont conservés.

- j plus 6, je sors de la clinique, après un séjour que je qualifie de confortable grâce au professionnalisme et à la gentillesse du corps soignant et des agents de service.
- j plus 3 semaines, continence retrouvée, après seulement quelques fuites dues entre autre à des promenades un peu longues, aucune fuite nocturne.
- j plus un mois reprise de toutes les activités physiques, tout va bien,
- j plus 8 mois premier rapport sexuel aidé par médicamentation,
- j plus 10 mois premier rapport sexuel sans aide médicamenteuse.
- j plus un an, la vie est belle et la qualité de vie continue de s’améliorer. PSA indétectable.

Encore merci docteur BARRE.

Il me faut également remercier M. GAGLIOLO, kinésithérapeute, pour son professionnalisme, ses conseils (comment tonifier les sphincters avant et après l’opération pour une meilleure et plus rapide continence), sa disponibilité et sa mise en confiance tellement précieuse. Merci encore à tout le personnel de la clinique Jules VERNE pour sa bienveillance en ces moments difficiles.

A mes camarades d’infortune, face à la maladie en générale, prenez votre problème en main, ne restez pas inactif en acceptant la première recommandation. Dans le cancer de la prostate, plusieurs traitements sont possibles en fonction du stade de la maladie, de l’âge, ….Il faut aller chercher le plus souhaitable pour vous en fonction de votre situation personnelle. J’ai fais plus de 500 km pour me faire opérer, je ne le regrette pas et je suis sûr d’avoir fait le bon choix.

Opéré le 11/09/2013 à ciel ouvert par Christian Barré

Ce patient accepte d'être contacté (04 73 87 31 93)